j’ai pu le goût de boire

On a déjà tous sorti le fameux Moi j’bois pu jamais, pour finalement se commander un pichet de bière deux minutes plus tard parce qu’on est une belle gang de lâches. Mais là, j’ai pu le goût de boire. Pour vrai.

Le monde pense qu’une fois qu’on est un peu pompette, on dit ce qu’on pense vraiment. Mais en ce qui me concerne, l’alcool me fait penser des niaiseries pis me fait vouloir des choses que je veux même pas pour vrai. C’est pas pour rien que je me réveille toujours le lendemain en regrettant les messages textes que j’ai pu envoyer, tsé. (Je voudrais d’ailleurs offrir mes sincères excuses à toutes les personnes que j’ai pu drunk texter. J’suis pas conne de même dans la vraie vie, promis.)

C’est pas tant hot d’être aussi impulsive. C’est quelque chose que j’essaie de contrôler à tous les jours, mais quand je bois, c’est absolument impossible. Pis les choses qu’on dit et qu’on fait par impulsivité, c’est pas toujours les meilleurs choix. En fait, c’est pas mal souvent les pires.

Tsé le cliché des p’tits ados qui boivent même si ils aiment pas ça juste parce que ça les aide à être moins socially awkward le temps d’une soirée? Eh bien ça s’applique à moi, même rendue à 24 ans. Il me semble que c’est triste de boire pour se sentir moins mal à l’aise avec les autres. Parce que oui, je me sens souvent mal à l’aise quand je me retrouve avec d’autres gens. Et même si c’est ben le fun de prendre quelques verres et faire la fête, je finis toujours par déprimer plus qu’autre chose et me dire que j’aimerais donc ben mieux être ailleurs genre nulle part ou bien juste chez moi, toute seule, dans le confort de ma propre solitude et ma sobriété. J’aimerais bien être la fille cool et sympathique qui se fait des amis facilement, sauf que c’est pas le cas. Il y a des moments où j’angoisse à rien, que j’ai le coeur qui bat très vite et que je sais pas quoi dire, alors je garde le sourire et je bois comme un trou pour m’engourdir l’anxiété. Bravo.

La vraie moi c’est pas l’esti de conne mêlée qui sent le vino, qui tombe soudainement en amour avec n’importe qui pis qui s’ennuie des moments moyens passés avec des gens moyens. En plus, faut dire que j’suis pas mal plus cute quand j’ai pas les yeux à moitié fermés, que je marche pas tout croche pis que je mâche pas mes mots.

Ça fait que ouin, j’ai décidé que j’allais dorénavant m’en tenir au thé pis au Perrier, et réserver le champagne pour Noël et mon anniversaire. Il me semble que c’est pas tant nécessaire de continuer de se scrapper le foie pis la tête pis le coeur à tout le temps boire rien que pour boire.

P.S. Y’a rien de plus plate que de dire à quelqu’un qui a pas le goût de boire qu’il/elle est donc ben plate. Alors à tous ceux à qui ça tente jamais de boire, ben vous êtes pas plates pantoute pis je vous offre une p’tite tasse de thé n’importe quand. On se calmera l’anxiété ensemble dans le confort de notre sobriété.
Écrit par @lestoutespetiteschoses

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. merci de mettre les mots justes sur de quoi que beaucoup ressentent mais n’osent pas dire, je t’aime gros

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s